On rénove les matelas...
Occupée que j'étais à préparer un billet de vieilles photos, j'ai failli négliger les bruits sourds que j'entendais chez les voisins. Ça tapait, ça battait, ça cognait... le terme qui vous plaira, mais ça traitait durement une série de matelas dans la perspective de les rendre plus confortables à leurs usagers ;) En Afghanistan, c'est un métier à part entière. On voit se promener en ville de curieux instruments, hybrides monumentaux de la harpe et de l'arc, dont les propriétaires vendent les services de porte en porte, à la journée. Je n'ai pas la moindre idée de comment on appelle ça en persan. En français, est-ce du cardage ? Ici, il s'agit d'ouvrir le matelas, d'en sortir tout son coton pour l'occasion, puis de le réintégrer à sa toile que l'on recoud.

Déjà il y a quelques semaines je les avais aperçus du haut de mon perchoir, trop tard. Cette fois-ci, je n'ai pas eu la chance de voir à l’œuvre les mystérieux instruments, juste la séance de battage consécutive à la refermeture du matelas. Mais du coup, je me suis postée en embuscade pour avoir une chance de vous les montrer. Voici donc la paire de cardeurs (?) avec leurs instruments bien calés sur leurs vélos, à la sortie de chez leur cliente ! :)
Deux cardeurs après ouvrage