Boutiques
Ca fait bien longtemps que je m'étais promis de la goûter. Alors ce soir, au retour d'une promenade à pied sur la colline pour admirer les couleurs du couchant et les constructions nouvelles du côté de l'aéroport, j'ai sauté sur l'occasion quand Shekeb a suggéré de s'arrêter à la boutique. Dommage, je n'avais pas mon appareil en poche... j'aurais pu vous faire saliver devant un bol de soupe de pied de veau... bien grasse et bien poivrée, exactement le genre que j'évite en régime habituel, mais quel délice !

Nous étions les derniers clients de la journée, et le cuisinier a pris le temps de raconter comment il avait construit sa clientèle dans la boutique d'en face. Quand le propriétaire mourut, il était resté quelques temps au service de la veuve, mais son remariage avait rendu la situation compliquée. Depuis un an il est à son compte. Sa renommée lui assure un revenu confortable grâce aux commandes groupées des bureaux voisins à l'heure du déjeuner, à 150 afghanis (environ deux euros) le bol. Un pied de veau coûte 400 AFS, et il en fait sept portions. Cependant les affaires tendent à baisser, en phase avec la situation économique et sécuritaire du pays.

Shekeb dit que le moral général remonte depuis que le président Ghani a proclamé un changement de politique vis-à-vis des talibans, à la suite de l'attentat dévastateur contre les services de la sécurité nationale il y a deux semaines. L'esprit de vengeance implacable a pris le dessus, la population s'y retrouve. La situation devient plus tendue, presqu'électrique. Mais chacun, dans le quartier, semble mettre un point d'honneur à me faire sentir bienvenue. Aujourd'hui, mon proprio a même commencé les travaux de réparation des tuyauteries qui, depuis cinq ans que j'ai emménagé, fuient au-dessus de chez moi et pourrissent littéralement ma salle de bain. Tout cela fait un peu douche écossaise...!