Sagesse pachtoune
Il y a deux ans je recevais à Kaboul la nouvelle de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo. Mon émotion s'amplifiait des réactions ambiguës que les attaques parisiennes avaient provoquées dans la société locale, un miroir presque parfait de celles constatées en France, entre horreur, soutien à la liberté d'expression et reflexe communautaire... comme une preuve par le vif que la question est bien celle de la reconnaissance de notre humanité commune dans les différences, alors que, pourtant, l'égoïsme de nos sociétés riches les rejette dans l'opposition des cultures. L'exaspération de ces contradictions m'a menée quelques temps après à arrêter mes activités afghanes.

Mais c'est par ces lignes de sagesse soufie (dont je ne connais pas le détail parce qu'écrite en pachto) ou ces preuves d'esprit scientifique - trouvées un an plus tôt sur les murs du lycée de jeunes filles de Djallalabad, que je garde espoir dans la réconciliation, et en tout cas dans l'inéluctable vérité que nous ne sommes que des atomes concourrant à l'évolution de l'univers.
Classification périodique pour jeunes filles